Accueil > R-évolution > La commune libre de Christiana

La commune libre de Christiana

dimanche 6 juillet 2008, par GM

Christina et l’une des rare expérience libertaire historique toujours en activité au Nord de l’Europe au Danemark. Fondée en septembre 1971 sur le terrain de la caserne de Bådmandsstræde au sein de Copenhague par un petit groupe de squatteurs, de chômeurs et de hippies.

Partis d’une cinquantaines pour bâtir le projet, la crise aiguë du logement qui régner alors à Copenhague attira en quelques années plusieurs centaines de personnes. Pris d’assaut par les médias du pays l’expérience devient rapidement célèbre.

JPEG - 77.6 ko

Aujourd’hui il y a plus d’un milliers d’habitants, une cinquantaine d’enfants y sont nés et la moyenne d’âge est à présent élevée, apportant la preuve de la persistance d’un noyau dur de résidents de très longue durée.
Plus d’une cinquantaine de collectifs exercent divers activités ce qui permet à la ville d’être autonome. Christiania possède une économie et sa propre monnaie, un vaste espace agricole, une fabrique de vélos, des ateliers de restauration de poêles et voitures anciennes, une boulangerie, un sauna, sa célèbre imprimerie, ses jardins et une unité d’éboueurs/recycleurs.

La vie culturelle prend une part importantes des Christianites. Il y a un cinémas, des théâtres, une radio libre et une foule de bars, restaurants et lieux de spectacles pour ce divertir.
Christiania ce caractérise aussi pour son architecture devenu célèbre depuis la création de « Pyramiden », une pyramide construite par des apprentis charpentiers allemands, en passant par des dômes géodésiques et toutes sortes de constructions aussi hétéroclites que poétiques.

Le drapeau de Christiania, trois points jaunes sur fond orange (ou inversement) représentant les trois points sur les trois « i » de Christiania, aurait été créé par Viktor Essmann, qui inventa ce nom, qui fait référence au nom du quartier, « Christianshavn » le port de Christian, en référence à Christian IV, qui fut au Danemark ce que Louis XIV fut à la France.

L’histoire de Christiania est agitée. En 1979 les habitants décident d’expulser lors de la "JunkBlokaden" les vendeurs et les usagers de drogues dures, qui menace la survie du projet.
Les plans officiels de suppression ou transformation de Christiania se sont succéder mais la plupart n’ont eu aucun effet, au moins jusqu’au milieu des années 1990. Un conflit opposa les "pushers" vendeurs de drogues douces et "activistes", les militants d’une politique plus stricte au sujet de la vente de haschich et d’alcool. Ce conflit a plusieurs fois mené Christiania au bord du gouffre. C’est grace à la défense intelligente devant les tribunaux et le Parlement du Danemark que l’avocat communiste et résistant Carl Madsen sauvat l’expérience.

JPEG - 23.6 ko

Dans un mouvement général de normalisation et d’uniformisation du pays, le Premier ministre libéral-conservateur Anders Fogh Rasmussen élue en 2001 décide de s’attaquer au "cas" Christiana, accusée de favoriser le trafic de drogues. Le 1er janvier 2006, la ville perd son statut spécial de communauté alternative et le 19 mai 2007, 35 ans après la naissance de Christiania une première maison est détruite. La démolition entraîna une vive protestation qui dégénéra en conflit avec la police.
Le point fort de cette expérience libertaire est que les autorités ne peuvent pas véritablement détruire la ville puisqu’elle permet de loger plus d’un milliers de personnes. Mais le dialogue conflictuel reste omniprésent.

Christiana est diriger par une multitudes d’assembler qui gère le fonctionnement général de la ville. Dans ces assemblées, les décisions ne sont jamais prises au vote, mais quand il semble à chacun qu’un consensus a été atteint.
Les relations économiques ordinaires qui ont cours à l’intérieur de Christiania n’ont jamais eu de liens matérielle avec le monde extérieur. Plusieurs collectifs d’habitation pratiquent un partage modéré et de nombreux collectifs d’activité travaillent sans but lucratif, voire sans rémunération.

La commune libre de Christiana figure comme un exemple de réussite. Partis de rien, les habitants ont su développer un système alternatif et autonome original qui dure depuis plus de 35 ans.



Voir en ligne : Christiana.org

Portfolio

1 Message

Répondre à cet article