Accueil > Planète Bleue > Extinction des espèces

Extinction des espèces

dimanche 12 octobre 2008, par GM

En biologie et écologie, l’extinction est la disparition totale d’une espèce ou groupe de taxons, réduisant ainsi la biodiversité. L’Union mondiale pour la nature (UICN) a révélé dans sa dernière liste rouge la gravité de la menace d’extinction dont sont victimes des milliers d’espèces animales et végétales.

.

À travers l’évolution, de nouvelles espèces apparaissent par le processus de la spéciation où de nouvelles variétés d’organismes émergent et se développent quand elles sont capables de trouver et d’exploiter une niche écologique et des espèces disparaissent quand elles ne sont plus capables de survivre dans des conditions changeantes ou contre une concurrence supérieure. Typiquement, une espèce s’éteint en 5 à 10 millions d’années (hors période de crise biogéologique, bien que certaines espèces, appelées fossiles vivants, survivent pratiquement inchangées pendant des centaines de millions d’années. Seulement 1/1000 des espèces ayant existé sont encore vivantes aujourd’hui.

Avant la propagation de l’homme sur toute la planète, le taux d’extinction était invariablement faible, les extinctions de masse étant des événements relativement rares. Démarrant approximativement il y a 100 000 ans et coïncidant avec la croissance du nombre et de la répartition des hommes, l’extinction des espèces a augmenté à un taux sans précédent depuis la grande extinction du Crétacé. Ce phénomène est connu sous le nom d’extinction de l’Holocène et représente la sixième extinction massive. Certains experts estiment que plus de la moitié des espèces vivantes aujourd’hui peuvent s’éteindre d’ici 2100.

Il y a eu au moins cinq grandes extinctions de masse au cours de l’histoire de la vie sur Terre, s’échelonnant de -500 millions d’années (ordovicien) à -65 Ma (crétacé), au cours desquelles de nombreuses espèces ont disparu en une période de temps relativement courte (à l’échelle des temps géologiques).


Dans l’ordre chronologique :

- Fin de l’Ordovicien (-440 Ma)
- Fin du Dévonien (-365 Ma)
- Fin du Permien (-225 Ma)
- Fin du Trias (-210 Ma)
- Fin du Crétacé (-65 Ma)


Extinction massive de l’époque moderne :

D’après un sondage de 1998 effectué auprès de 400 biologistes par le Muséum d’histoire naturelle américain de New-York, près de 70% des biologistes pensent que nous sommes actuellement au début d’une extinction de masse causée par l’homme, connue en tant qu’extinction de l’Holocène. Dans ce sondage, la même proportion de personnes interrogées étaient d’accord avec la prédiction que jusqu’à 20% de toutes les populations vivantes pourraient s’éteindre d’ici une trentaine d’années (en 2028). Le biologiste Edward Osborne Wilson a estimé en 2002 que si le taux actuel de destruction de la biosphère par l’homme se maintenait, la moitié de toutes les espèces en vie sur Terre seraient éteintes d’ici 100 ans. De façon plus significative, le taux d’extinction d’espèces à l’heure actuelle est estimé entre 100 et 1000 fois plus élevé que le taux moyen d’extinction qu’a connu jusqu’ici l’histoire de l’évolution de la vie sur Terre, et est estimée à 10 à 100 fois plus rapide que n’importe quelle extinction de masse précédente.

JPEG - 26.2 ko

En 2004, une étude parue dans Nature réalisée sous la direction de Chris Thomas et basée sur un échantillon de régions couvrant 20% de la surface terrestre montre que les changements climatiques entraîneront la perte de 15 à 37% des espèces vivantes d’ici 2050, suivant les scénarios. Soit un rythme dépassant très largement l’échelle des temps géologiques ; ce qui annonce la sixième crise d’extinction massive des espèces que la Terre ait connue (les précédentes étant listées en préambule), cette fois pour des raisons anthropiques.

D’après l’Union mondiale pour la conservation, 784 extinctions ont été enregistrées depuis l’année 1500, la date arbitraire choisie pour définir les extinctions de l’époque moderne, bien que de nombreuses autres extinctions aient pu passer inaperçues.



Voir en ligne : Wikipedia.org

Répondre à cet article