Accueil > Utopies > Les phalanstères de Fourier

Les phalanstères de Fourier

lundi 28 août 2006, par Elokan

Charles Fourier était un fils de drapier né à Besançon en 1772. Dès la révolution de 1789, il fait preuve d’étonnantes ambitions pour l’humanité. Il veut changer la société. Il expose ses projets en 1793 aux membres du Directoire qui se moquent de lui.

Dès lors il décide de se ranger et devient caissier. Lorsqu’il a du temps libre, Charles Fourier poursuit néanmoins sa marotte de la recherche d’une société idéale qu’il décrira dans les moindres détails dans plusieurs livres dont "Le Nouveau Monde industriel et sociétaire".Selon cet utopiste, les hommes devraient vivre en petites communautés de 1600 à 1800 membres. La communauté, qu’il nomme phalange, remplace la famille. Sans famille, plus de rapports parentaux, plus de rapports d’autorité. Le gouvernement est restreint au plus strict minimum. Les décisions importantes se prennent en commun au jour le jour sur la place centrale.

Chaque phalange est logée dans une maison-cité que Fourier appelle le "phalanstère". Il décrit très précisément son phalanstère idéal : un château de trois à cinq étages. Au premier niveau, des rues rafraîchies en été par des jets d’eau, chauffées en hiver par de grandes cheminées. Au centre se trouve une Tour d’ordre où sont installés l’observatoire, le carillon, le télégraphe Chappe, le veilleur de nuit.
Charles Fourier était persuadé que si l’on appliquait ses idées à la lettre partout dans le monde, les habitants des phalanstères connaîtraient une évolution naturelle, visible sur leur organisme.En France, en 1859, André Godin, l’inventeur des poêles de chauffage, crée une communauté inspirée des phalanstères de Fourier. 1200 personnes vivent ensemble, fabriquent des poêles et se partagent les profits. Mais le système ne se maintiendra que grâce à l’autorité paternaliste de la famille Godin.

Des phalanstères approximatifs ou des communautés du même esprit furent créés par des disciples de Fourier partout dans le monde, notamment en Argentine, au Brésil, au Mexique et aux Etats-Unis. A sa mort, Fourier renia tous ses disciples.