Accueil > Atmosphère > Stratégie de manipulation

Stratégie de manipulation

lundi 11 juin 2007, par GM

La population se divise en trois groupes. Il y a le langage visuel, le langage auditif,
et le langage corporel.

Les visuels disent tout naturellement : Tu vois, car ils ne parlent que par images. Ils montrent, observent, décrivent par couleurs, précisent c’est clair, c’est flou, c’est transparent. Ils utilisent des expressions comme la vie en rose, c’est tout vu, une peur bleue. Les auditifs disent tout naturellement : Tu entends. Ils parlent avec des mots sonores évoquant la musique et le bruit : sourde oreille, son de cloche. Leurs adjectifs sont : mélodieux, discordant, audible, retentissant. Les sensitifs corporels disent tout naturellement : Tu sens. Ils parlent par sensations : tu saisis, tu éprouves, tu craques. Leurs expressions : En avoir plein le dos, à croquer. Leurs adjectifs : froid, chaleureux, excité/ calme.

L’appartenance à un groupe se reconnaît à la façon dont un interlocuteur bouge les yeux. Si, lorsqu’on lui demande de rechercher un souvenir, il commence par lever les yeux vers le haut, c’est un visuel. S’il dirige son regard vers le côté, c’est un auditif. S’il baisse les yeux comme pour mieux rechercher les sensations en lui, c’est un sensitif.

Une telle connaissance permet d’agir sur tous les types d’interlocuteurs en jouant sur les trois registres linguistiques. De là, on peut aller plus loin en créant des points d’ancrage physiques. L’action consiste à appliquer un point de pression sur une partie de son interlocuteur lorsqu’on veut le stimuler au moment de lui transmettre un message important, tel que " je compte sur toi pour mener à bien ce travail ".

Si, à ce moment, on exerce une pression sur son avant-bras, il sera stimulé à chaque nouvelle pression sur ce même avant-bras. C’est là une forme de mémoire sensorielle. Attention cependant à ne pas la faire fonctionner à l’envers. Un psychothérapeute qui accueille son patient en lui tapotant l’épaule tout en le plaignant : "Alors, mon pauvre ami, cela ne va donc pas mieux", aura beau pratiquer la meilleure thérapie du monde, son patient retrouvera instantanément toutes ses angoisses si, au moment de le quitter, il réitère son geste."



Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu - Bernard Werber


Voir en ligne : Syti.net

Répondre à cet article