Accueil > Hypercomplex > Citation d’Albert Einstein

Citation d’Albert Einstein

samedi 23 juin 2007, par Petit poney

Albert Einstein née le 14 mars 1879 à Württemberg est un physicien allemand. Il a publié la théorie de la relativité restreinte en 1905 et une théorie de la gravité dite relativité générale en 1915. Il a largement contribué au développement de la mécanique quantique et de la cosmologie. Il a reçu le prix Nobel de physique en 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son travail est notamment connu pour l’équation E=mc² qui quantifie l’énergie disponible dans la matière.

- Ce n’est pas que je suis si intelligent, c’est que je reste plus longtemps avec les problèmes.

- Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.

- Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux puisque nous ignorons comment sont réellement les choses et que nous n’en connaissons que la représentation que nous en faisons.

- La seule chose absolue dans un monde comme le nôtre, c’est l’humour.

- Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits.

- Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.

- Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l’Etat te le demande.

- Un être humain est une partie du tout que nous appelons "Univers"... Une partie limitée dans le Temps et dans l’Espace.

- L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique.

- Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre que d’opter pour une diète végétarienne.

- Je sais pourquoi tant de gens aiment couper du bois. C’est une activité où l’on voit tout de suite le résultat.

- Ce qui fait la vraie valeur d’un être humain, c’est de s’être délivré de son petit moi.

- L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté.

- Rien n’est plus proche du vrai que le faux.

- Une personne qui n’a jamais commis d’erreurs n’a jamais tenté d’innover.

- Les amères leçons du passé doivent être réapprises sans cesse.

- L’école devrait toujours avoir pour but de donner à ses élèves une personnalité harmonieuse, et non de les former en spécialiste.

- La vraie valeur d’un homme se détermine en examinant dans quelle mesure et dans quel sens il est parvenu à se libérer du moi.

- Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu’il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau.

- Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j’y crois.

- La plus belle chose que nous puissions éprouver, c’est le côté mystérieux de la vie.

- L’Etat est notre serviteur et nous n’avons pas à en être les esclaves.

- J’affirme que le sentiment religieux cosmique est le motif le plus puissant et le plus noble de la recherche scientifique.

- Un estomac creux n’est pas un bon conseiller politique.

- Un problème sans solution est un problème mal posé.

- Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito.

- Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé.

- La politique c’est éphémère mais une équation est éternelle.

- Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mis dans les mains d’un psychopathe.

- Ne t’inquiète pas si tu as des difficultés en maths, je peux t’assurer que les miennes sont bien plus importantes !

- La chose la plus difficile à comprendre au monde c’est l’impôt sur le revenu !

- La science est une chose merveilleuse... tant qu’il ne faut pas en vivre !

- La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir.

- Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine... mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue.
Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément.

- J’aime penser que la lune est là même si je ne la regarde pas.

- Ce n’est pas à cause de l’attraction terrestre que des gens tombent... amoureux !

- Inventer, c’est penser à côté.

- L’effort d’unir sagesse et pouvoir aboutit rarement et seulement très brièvement.

- La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information.

- Soit A un succès dans la vie. Alors A = x + y + z, où x = travailler, y = s’amuser, z = se taire.

- Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton.

- Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité.

- Ce qui est incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible.
La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle.

- Le nationalisme est une maladie infantile. C’est la rougeole de l’humanité.

- Se sacrifier au service de la vie équivaut à une grâce.

- La personnalité créatrice doit penser et juger par elle-même car le progrès moral de la société dépend exclusivement de son indépendance.
En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un !

- Je ne dors pas longtemps, mais je dors vite.

- N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.

- Le culte de la personnalité reste à mes yeux toujours injustifié.
La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque.

- Ce qui m’intéresse vraiment c’est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde.

- Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres.

- Il est hélas devenu évident aujourd’hui que notre technologie a dépassé notre humanité.

- Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.

- La bureaucratie réalise la mort de toute action.

- L’imagination est plus importante que le savoir.

- Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d’une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C’est ça la relativité.

- La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !

- C’est le rôle essentiel du professeur d’éveiller la joie de travailler et de connaître.

- Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt.

- Il n’y a que deux façons de vivre sa vie : l’une en faisant comme si rien n’était un miracle, l’autre en faisant comme si tout était un miracle.

- L’homme évite habituellement d’accorder de l’intelligence à autrui, sauf quand par hasard il s’agit d’un ennemi.

- Nous aurons le destin que nous aurons mérité.

- Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.

- La valeur morale ne peut pas être remplacée par la valeur intelligence et j’ajouterai : Dieu merci !

- Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d’entre elles ne pourra en poser un !

- Dieu ne joue pas aux dés.

- L’escalier de la science est l’échelle de Jacob, il ne s’achève qu’aux pieds de Dieu.

- La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.

.

Albert Einstein



Voir en ligne : Wikipedia.org

3 Messages

Répondre à cet article