Accueil > R-évolution > Charava, projet d’éco-village en Argentine

Charava, projet d’éco-village en Argentine

vendredi 20 avril 2007, par GM

Tout commence en 2001 lorsque Jan Spinetta propose à des amis de crée un éco-village en Argnetine dans la province de Cordoba à Charava.


Charava est un lieu merveilleux situé en Argentine près de la ville de Cordoba. Pour s’y rendre, il faut aller jusqu’à Buenos Aires puis prendre une correspondance pour Cordoba, la deuxième ville d’Argentine au centre du pays. Ils achètent alors 65 hectares dans une chaine de montagne appelée "Los Gigantes" (les géants) situé à 1450 mètres d’altitude, un lieu déjà sacré pour les indiens Comechingones. Le terrain est formé d’une vaste zone plane entourée par une colline sur laquelle se trouvent de nombreuses vallées communicantes mais séparées les unes des autres par la configuration du terrain.

Les exigences posées pour l’achat d’un terrain étaient les suivantes : haut lieu d’énergie ; eau en quantité ; lieu loin des sources de pollution et donc suffisamment éloigné des agglomérations bruyantes ; terre fertile pour l’agriculture.

Statut juridique :

Le 21 Septembre 2004 L’association civile ARCAP a est constituée (ARCAP : asociacion de Renovacion y Conciencia Artistica Planetaria).

ARCAP est une association civile à but non lucratif autorisée à recevoir des donations. L’objet social prévoit toutes les activités artistiques, agricoles et pédagogiques développées dans le projet. Le président est Jean Spinetta. Le secrétaire Jacinto Palacios. Le trésorier Guillermo Gras. Ils sont assistés de 9 membres, tous argentins.

ARCAP reste quoiqu’il arrive propriétaire du terrain. Ceux qui achètent une maison en recevront l’usufruit. Ici deux modalités sont prévues :

- Achat d’une maison par une seule personne : l’usufruit sera cessible à un héritier dûment désigné dans l’acte notarial de cession de l’usufruit, à
charge pour ce dernier de signer le règlement interne de Charava.

- Achat d’une maison par deux personnes ou plus. Une maison peut être acheté par deux, trois personnes ou plus. Dans ces cas là, l’usufruit de la maison reste aux survivants. A la mort du dernier d’entre eux, la maison revient à ARCAP.

Les maisons sont à disposition exclusive du ou des usufruitiers ; Ce qui signifie qu’ils peuvent inviter qui ils veulent dans leur maison. Les invités doivent simplement devenir membres d’ARCAP et s’engager à respecter le règlement intérieur du village. En revanche il ne peut leur être imposé un tiers occupant pendant leur absence.

Les habitations :

Le projet prévoit la construction progressive de 40 maisons individuelles et de maisons d’habitation collective pour ceux désireux de faire une expérience sur le lieu dans la durée démunis des moyens financiers suffisants pour s’acheter une maison individuelle.

Les maisons d’habitation prévues sont octogonales et trois types de structures sont prévus :

JPEG - 68 ko

1.
Maisons d’habitation de 77 mètres carrés. Un coût de 35 000 euro permet d’assurer les besoins en eau chaude et électricité (installations d’énergie solaire).

JPEG - 75.6 ko

2.
Maisons d’habitation de 100 mètres carrés. Un coût de 50 000 euro permet d’assurer les besoins en eau chaude et électricité (installations d’énergie solaire).

JPEG - 71 ko

3.
Des maisons d’habitation collective de 300 métres carrés. Ci-dessous le plan de la première maison qui représente la priorité actuelle pour le développement ultérieur du projet. Cette maison comporte quatre sanitaires qui constituent une priorité totale, 40 places en dortoir pour les visiteurs de passage, plus 6 chambres individuelles où pourront habiter les premiers habitants de Charava. Tout le monde n’ayant pas les possibilités économiques de s’offrir une maison individuelle, ces chambres permettront aux résidents de bénéficier d’un espace privé indispensable dans la vie en communauté.

Nous présentons ici le projet d’une salle de réunion pour 300 personnes extensibles à 600 puis 900 personnes. Cette salle sera réalisée dans une deuxième phase de développement.

L’autonomie en eau :

Un des objectifs est l’auto suffisance en eau. Après l’achat du terrain, ils font appel à Willy un ingénieur hydraulique pour déterminer les quantités d’eau disponibles sur le terrain. Aprés quelques recherches sur la carte satellitaire de la zone où se trouve le terrain il confirme que le précieux liquide est manifestement bien visible dans le sous sol.

Il propose de faire un calcul évaluatif des ressources. Nous décidons d’une base de 70 litres d’eau par jour et par personne. Au résultat l’eau disponible pour 1500 personnes même pour des cas de figures climatiques particulièrement défavorables comme par exemple une sécheresse prolongée.

L’autosuffisance alimentaire par l’agriculture biologique :

Un plan de développement agricole utilisant la technique de la permaculture est en projet. Pour l’instant une équipe de cinq personnes assurent une présence permanente sur le lieu afin de récolter ce que le terrain produit déjà (noix, figues et abricots)

Autosuffisance énergétique :

L’énergie solaire sera utilisée.

Respect de l’environnement :

Traitement des déchets, recyclage de l’eau.

Epanouissement de l’individu :

- La vallée de la musique est un lieu pour le développement de la créativité musicale individuelle et en groupe. Espace pour les chants et danses sacrées circulaires.

- La vallée de la médecine et de la guérison à pour objectif la santé et la mise en forme. De multiples outils de guérisons seront appliqués et développés au niveau physique, mental, émotionnel et spirituel afin de produire l’éveil et d’amener l’être humain à une conscience plus élevée.

- La vallée des ateliers artistiques propose la créativité en tant que moyen pour développer les capacités latente et potentielle de chaque individu et les partager amoureusement avec son entourage.

- La vallée du soleil est celle des initiations solaires où l’énergie solaire sous tous ses aspects sera reçue par tous.

- La vallée du silence est le lieu de contemplation, de canalisation et de réception où le silence intérieur permet la communication avec les énergies de fréquence élevée en provenance des mondes subtils.

- La vallée de la science et de l’alchimie, où se développeront les moyens permettant une meilleure harmonie avec l’environnement. Energie renouvelable non contaminante, nouveaux types d’énergie.
Vallée où seront donnés les enseignements alchimiques.

Les activités social :

- La vallée de l’education est un lieu d’expression et d’apprentissage, d’exploration et d’expérience où l’enfant peut croître, inspiré et guidé par l’adulte tout en préservant sa propre essence. Une école nouvelle en partie inspirée des enseignements de Rudolph Steiner sera mise en place. Le but est le développement harmonieux de l’enfant en harmonie avec les lois gouvernant la nature dans le respect des étapes de son développement psycho-affectif.

- La vallée de l’adolescent, espace de canalisation des énergies de l’adolescent pour le passage significatif et initiatique de l’enfance à l’age adulte.

- La vallée de la lune et des femmes enceintes, espace sacré d’apprentissage de l’être visionnaire de la femme.
Nous imaginons un espace fortement intégré à la Mère Terre représentant l’aspect féminin de la divinité.
Ce sera un lieu de conscientisation pour la conception, la grossesse et la naissance des êtres nouveaux.

- La vallée du service et de l’échange social un lieu ou se développeront toutes les tâches qui servent d’apport, d’aide ou d’échange avec les communautés de la région.

L’aide aux populations local :

L’ARCAP ne souhaite pas de faire un lieu coupé du monde mais au contraire de mettre en place un pôle d’activités harmoniques dont pourront bénéficier les populations voisines et lointaines.

Premier impératif : le développement d’un vaste espace de production agricole biologique. Le sous-emploi sévit dans ces régions de montagne de faible productivité. Il s’agira de former les paysans à de nouvelles techniques d’agriculture biologique et de trouver les débouchés commerciaux pour tous. Les montagnards voisins ne sachant souvent ni lire ni écrire se verront proposer un enseignement de base.
Les enfants des montagnes pourront pendant les vacances venir se former dans le village aux arts et artisanats proposés afin d’apprendre un métier créatif ce qui leur évitera de devoir partir à dix-huit ans sans formation gonfler les bidonvilles des grandes villes.
Une structure d’accueil des enfants des rues sera envisagée et éventuellement la mise en place d’un orphelinat.

Le financement économique :

1- La vente de maison :

C’est la première source de financement. Chaque maison vendue revient à la moitié du prix de vente. Le bénéfice réalisé est intégralement réinvesti dans les infrastructures collectives.
Une maison vendue 30 000 Euro permet de réinvestir 15 000 Euro dans le projet.

2- La production agricole :

Deux mille kilos de noix ont été récoltés cette année ainsi que différents fruits dont certains sont séchés puis vendus. Une commission agricole a été mise en place à Cordoba ainsi qu’une commission de commercialisation des produits. Pour l’instant il s’agit de gérer les ressources existantes en attendant que les premiers occupants fixes du lieu commencent à développer le projet agricole.

3- Les produits dérives :

Projet de productions diverses : huiles essentielles, fruits séchés, algues à cultiver sur place. Les différents artisanats pourront être aussi une source ultérieure de revenus.

4- Les enseignements et le tourisme :

A peu près six mois par an seront proposés des enseignements sur des thèmes spécifiques allant de la méditation à la psychologie, aux arts martiaux et à l’art.
La vie sur place sera à elle seule une source d’enseignement, peut être la plus puissante.
Toute l’année, pendant ou hors congrès les visiteurs seront bienvenus à venir partager leur savoir-faire. A leur départ, les dons qu’ils souhaitent faire seront les bienvenus. La faiblesse actuelle de la monnaie argentine rend conséquents les dons faits en dollars ou en euro.

5- Les donations :

Toute donation sera évidemment bienvenue. Un programme des priorités à mettre en place et de leur coût est proposé sur Merkabat.net.
La priorité actuelle est la construction de la grande maison dortoir. Un compte en banque est ouvert en Italie. L’argent sera transféré sur le compte en banque argentin au fur et à mesure de l’avancement des réalisations.

Un système économique nouveau :

L’argent est supprimé dans le fonctionnement interne de Charava. Il sert uniquement de moyen d’échange avec l’extérieur. Les modalités de redistribution des sommes disponibles à chaque fin d’exercice comptable seront décidées par les organismes internes compétents.
Cette suppression de l’argent implique une totale redéfinition des règles du jeu social.

Une expérience sociale :

Ici se trouve le but premier de l’expérience Charava basé sur une organisation triple de la société de façon à rendre effective l’expression de la liberté, de l’égalité et de la fraternité dans la vie en société. Les décisions concernant les modèles à mettre en oeuvre pour le développement de l’urbanisation et des différents projets seront prises en consensus d’abord puis au fur et à mesure de la croissance du village par les instances tripartites habilitées.

Le droit à l’information sur les grands projets et les différents aspects de la vie à Charava est un des droits fondamentaux de ses habitants dont les observations et les suggestions seront recueillies dans des cahiers de doléance. Les besoins de la base seront au coeur de toutes les préoccupations et de toutes les réalisations. Le libre épanouissement des compétences de chacun permettra de faire de Charava un haut lieu d’expression des potentialités humaines.
Ce thème exigeant d’amples développements sera traité peu à peu.

Les réalisations et les prochaines étapes de développements :

Pour l’instant seul les études de géo-biologiques, hydrauliques, architecturales, juridiques et notariales mettre peuvent être mis en avant.

Les prochaines étapes de développements seront de creuser le puits d’eau et acheminer les canalisations d’eau jusqu’au lieu où seront construites les premières maisons. Construire la maison dortoir (coût évalué à 60 000 Euro).



Voir en ligne : Merkaba.net

Portfolio

2 Messages

  • Charava, projet d’éco-village en Argentine Le 5 mai 2008 à 16:59, par Karine

    Bonjour,

    je souhaite rerntrer en contcat avec les initiateurrs de ce projet magnifique.

    Très investie dans la protection de l’environnement et le tourisme solidaire, j’aimerais présenter à cette association mon projet d’énergie propre et de tourisme responsable à ses dirigeants.

    N’arrivant pas à "mettre la main" sur leur coordonnées, pourriez-vous me les communiquer SVP

    Corrdialement

    Karine JEANDOT

    Répondre à ce message

  • Charava, projet d’éco-village en Argentine Le 17 janvier 2011 à 18:52, par Maria

    Je viens de découvrir votre article, il me semble très intéressant. Je suis étudiante, et dans le cadre de mes recherches, j’ai pu connaître le projet Karavah - anciennement Charava - il y a quelques mois. Les gens sont superbes, l’endroit très beau, je n’ai que des bons souvenirs. Malheureusement ce mode de vie a du mal à trouver des adhérents.

    Beaucoup de force pour tout ceux qui diffusent et vivent dans des écovillages !

    Mis mas sinceros saludos, Maria J.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article