Accueil > Hypercomplex > Amateurs de satellites artificiels

Amateurs de satellites artificiels

mardi 19 septembre 2006, par Petit poney

Regarder le train passer, occupation favorite des ferrovipathes, est un hobby d’un autre âge. Scruter le ciel pour découvrir l’orbite d’un satellite espion américain a quelque chose qui correspond mieux à notre époque.

Des amateurs s’y sont mis qui tâchent de suivre l’orbite et l’heure de passage de ces barbouzes de l’espace. "Des milliers de personnes pratiquent ce sport, mais le Canadien Ted Molczan est le leader d’un groupe informel d’une vingtaine d’amateurs qui sont spécialisés dans les ’satellites noirs’, dont l’existence et l’orbite sont tenues secrètes", explique Wired. Cent-quarante engins sont ainsi suivis et le réseau d’amateurs sur leur piste est fédéré autour d’un site Internet et d’une lettre d’information. Leur méthode est somme toute basique, il s’agit d’observer le ciel avec des jumelles. Leur activité, inoffensive en apparence, énerve en haut lieu, car certaines puissances étrangères n’ont pas hésité, par le passé, à contacter ces amateurs.

JPEG - 16.6 ko

"A l’aube du premier jour de la guerre du Golfe, en 1991, Molczan a été tiré du lit par un étrange coup de téléphone. Il avait regardé jusqu’à tard dans la nuit les missiles Tomahawk tomber sur Bagdad. ’Je sais que vous observez les satellites. Je veux faire un échange’, lui a proposé l’homme avec un fort accent au bout du fil. Il lui offrait des informations sur huit satellites américains contre l’orbite du KH-11 lancé par la CIA, capable de discerner un objet de la taille d’un ballon et qui envoyait à l’armée américaine des images en haute résolution du Koweït et de l’Irak. L’homme ne s’est pas excusé d’appeler aussi tôt et n’a pas voulu dire pourquoi il voulait cette information. Lorsque Molczan lui a demandé d’où il était, son interlocuteur s’est borné à dire : ’Eh bien ! disons que je suis au sud de vous’", raconte le magazine Wired.

Aujourd’hui toutes les informations collectées sont disponibles sur leur site Internet, toute confusion des genres est ainsi évitée. Néanmoins, Molczan et sa bande sont toujours sur la piste du plus secret des satellites secrets. Le ciel conserve ses mystères, ils restent incapables de découvrir l’orbite suivie par Misty, un superespion lancé par la CIA et développé à coût de milliards de dollars pour échapper au regard des Soviétiques.



Voir en ligne : Heavens-above.com

Répondre à cet article