Accueil > Autogestion > Economiser l’énergie

Economiser l’énergie

vendredi 22 août 2008, par Elokan

Comprendre et découvrir comment s’orienter vers un bâtiment à basse consommation en répondant à ses besoins par des dispositifs de production d’énergies renouvelables.

- Les alternatives :

Un domaine détient un certain potentiel énergétique qu’il est possible d’utiliser pour nos besoins. Il y a quelque chose d’équivoque dans le fait de bruler du charbon pour chauffer de l’eau par un beau jour ensoleillé ; ou de bruler de l’huile pour chauffer une maison si un cours d’eau assez rapide coule dans les environs ; ou à utiliser le courant électrique du circuit pour faire tourner un moulin ou un métier à tisser s’il y a près de chez vous une possibilité d’énergie éolienne ou hydraulique.

JPEG - 341.1 ko

On trouve plutôt l’énergie hydraulique dans les régions vallonnées et pluvieuse et l’énergie éolienne dans les pays plats. Mais n’utiliser jamais le vent là ou il y a de l’eau, pour la simple et bonne raison que le vent est inconstant alors que l’eau est relativement sure et constante. Et là ou brillent les chauds rayons du soleil, il est ridicule de ne pas les utiliser. Il est manifestement improductif de dépenser de l’argent pour faire chauffer de l’eau dans un réservoir alors que votre toit de tôle ondulée est si chaud que vous ne pouvez y poser votre main.
L’une des caractéristiques des sources d’énergie naturelle c’est qu’elles s’adaptent beaucoup mieux à une petite exploitation qu’à une grande.

On tirera, par exemple, beaucoup plus d’énergie d’une quelconque rivière en la parsèment d’une centaine de petits barrages et moulins à eau plutôt qu’en en construisant qu’un seul gros, qui ferait tourner plusieurs immenses turbines. De même, on peut capter l’énergie éolienne, mais uniquement avec des myriades de petits moulins à vent : pas avec un moulin géant comparable à une centrale électrique.
Dans une ville, chaque maison pourrait posséder un toit solaire et en tirer une bonne partie de son énergie, mais un collecteur solaire, assez grand pour alimenter toute une ville, restera toujours du domaine de la fantaisie. Des fermes dispersées dans la campagne peuvent facilement produire elles-mêmes leur gaz méthane, mais il serait ridicule et peu rentable d’envisager de transporter les excréments provenant de centaines de fermes à une station centrale qui ferait du gaz et le restituerait. Donc, surtout pour celui qui vit en autarcie, ces "sources d’énergie de remplacement" s’imposent.

- Les énergies naturelles :

Il est presque toujours préférable de combiner plusieurs sources d’énergie plutôt que de se concentrer sur une seule. Vous pourriez, peut-être, avoir un grand fourneau à bois pour faire la cuisine et de chauffer de l’eau pour la laiterie, la boucherie, la salle de bains et la buanderie. Si, avant qu’elle ne passe dans le fourneau, vous préchauffez cette eau à l’aide d’un panneau solaire installé sur un toit, vous consommerez moins de bois.

JPEG - 120.4 ko

Et ce serait parfait si vous aviez une installation qui produit du méthane à partir des excréments humains et animaux pour faire bouillir l’eau chaude qui sort de votre fourneau et que vous utiliserez pour stériliser les ustensiles de votre laiterie. Vous pourriez aussi vous servir d’une pompe à vent pour amener dans la maison l’eau pure et claire qui coule au fond de votre domaine au lieu de devoir vous contenter de celle légèrement polluée qui descend des collines.
Et que pensez vous de l’idée d’éclairer vos bâtiments en utilisant la rivière qui passe dans les environs pour faire tourner une turbine ? Tout cela est possible, relativement bon marché et rentable, car vous économiserez de l’agent sur l’énergie que vous devriez normalement acheter.

- Economiser l’énergie :

Avant de mettre au point des systèmes raffinés pour obtenir de la chaleur à partir de sources naturelles, il faut d’abord être sur que la chaleur va rester dans la maison.
Pour conserver la chaleur, il n’y a rien de mieux que des murs très épais, en torchis, en pierre, en pisé ou en brique, avec des petites fenêtres et un toit en chaume. Les minces murs modernes en brique creuse ou les panneaux en béton n’isolent bien que s’il contiennent à l’intérieur de la mousse de plastique ou un quelconque matériel isolant ; même chose pour le toit. Les grandes fenêtres panoramique qu’adorent les architectes à la page sont de terrible gouffres à chaleur. Le paysan, qui travaille à l’extérieur la plus grande partie de la journée, comme nous étions tous déstinés à le faire, veut se sentir vraiment à l’intérieur quand il rentre ; il jouit tant et plus du panorama et il en fait d’ailleurs partie lorsqu’il est dehors.

JPEG - 123.6 ko

Les immenses cheminées, très romantique et parfaites quand on dispose à volonté de bon bois sec, expédient la plus grande partie de la chaleur qu’elles produisent vers le ciel ; elles sont injustifiable dans notre monde bientôt à cours de combustible. Les maison très allongées gaspille également de la chaleur. Une configuration compact est de loin préférable. Un bâtiment rond perdra moins de chaleur qu’une construction carrée, car il y a une plus petit surface comparé à son volume. Enfin, il est toujours plus avantageux d’avoir la source de chaleur principal au milieu du bâtiment plutôt que contre un mur extérieur.

De nos jours, l’isolation est obtenue grâce à des produit sophistiqués et très couteux. Mais nous pouvons nous mettre à la recherche de matériaux plus naturels. Et partout ou pousse le chêne-liège, on devrait le cultiver car il produit en grande quantité un excellent matériel isolant.





Revivre à la campagne, John Seymour
.
.

-  Lien : Wikipedia.org

- Lien : Energies-renouvelables.org

-  Lien : Economiedenergie.fr